CRISPI (F.)


CRISPI (F.)
CRISPI (F.)

CRISPI FRANCESCO (1818-1901)

Établi à Naples en 1845, comme avocat, Francesco Crispi est tout d’abord un patriote conspirant contre les Bourbons pour l’indépendance de la Sicile. Membre du Comité de guerre lors de la révolution de Palerme (1848), il est chassé par la réaction et se réfugie en Piémont, où il collabore au journal de gauche La Concordia . Expulsé de Turin après l’insurrection de Milan (1853), il commence une vie errante de proscrit, à Malte, à Londres, à Paris (1858), au Portugal. Républicain unitariste, disciple de Giuseppe Mazzini, il combat la «guerre royale» franco-sarde contre l’Autriche et place son espoir dans une insurrection nationale italienne. Il prend part à l’éphémère soulèvement de Sicile (juill.-août 1860) et contribue de manière décisive à vaincre les hésitations de Garibaldi à se lancer dans l’«expédition des Mille». Secrétaire d’État à la Dictature garibaldienne, il est le conseiller politique du mouvement et il s’efforce d’organiser l’administration de l’île, dont il entend faire repousser l’annexion par le Piémont jusqu’à l’accomplissement de l’émancipation italienne. Violemment hostile à Cavour et aux modérés, député de la gauche au Parlement national (1861), Crispi, tout en demeurant dans l’opposition aux gouvernements de la droite historique, se détache avec éclat de Mazzini pour se rallier à la monarchie de Savoie, seule capable, selon lui, d’opérer l’unification politique et morale de la Péninsule. Sa carrière d’homme d’État commence avec l’avènement au pouvoir de la gauche (mars 1876). Président de la Chambre, puis ministre de l’Intérieur (27 déc. 1877), Crispi rencontre Bismarck à Bad Gastein et se déclare partisan d’une alliance italo-allemande dirigée contre la France. Accusé de bigamie, il doit se démettre le 7 mars 1878. Il revient au gouvernement, dans le cabinet d’Agostino Depretis, à qui il succède, le 7 août 1887. Son action se développe au cours de ses deux présidences du Conseil: 7 août 1887-31 janvier 1891 et 15 décembre 1893-1er mars 1896. Caractère orgueilleux et autoritaire, Crispi est un nationaliste, imbu de grandeur et de prestige. Ardent défenseur de la Triplice, il vise à évincer la France du bassin de la Méditerranée. Militariste, il lance l’Italie dans le colonialisme africain et, par le traité d’Ucciali (2 mai 1889) pense avoir établi un protectorat sur l’Éthiopie. Dans le domaine économique, Crispi soutient le protectionnisme et déclenche avec la France, en 1887, une ruineuse guerre douanière. Il se laisse entraîner par le ministre Magliani dans une politique de «finance allègre» qui ramène un lourd déficit, tandis que la crise de 1887-1893 détruit le système bancaire. Crispi renforce la structure autoritaire de l’État, n’accordant qu’un modeste élargissement du droit de suffrage pour les élections communales et provinciales (1888). Il refond l’administration judiciaire (code pénal Zanardelli, 1889) et soumet les institutions de bienfaisance à la tutelle administrative. Violemment attaqué par l’opposition pour sa «mégalomanie», éclaboussé par le scandale de la Banque romaine (1892-1893), Crispi se pose en défenseur de l’ordre établi. Il réprime avec brutalité les émeutes socialistes de la Sicile et de la Lunigiana par des lois d’exception (1893-1894). L’impérialisme de Crispi, qui vise à transformer le protectorat éthiopien en annexion, provoque la dénonciation du traité d’Ucciali par le négus Ménélik (févr. 1893). La relance de l’action militaire aboutit à la défaite d’Adua (1er mars 1896), qui met fin à la carrière politique de Crispi. Personnalité complexe, mêlant à la volonté de puissance l’idée mazzinienne de l’Italie, nation élue, Crispi a formulé des thèmes qui seront repris par le fascisme mussolinien. Patriote du Risorgimento, prisonnier d’un monde révolu, il n’a pas su comprendre ni interpréter les aspirations de l’Italie nouvelle.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Crispi — Crispi, Francesco, ital. Staatsmann, geb. 4. Okt. 1819 in Ribera auf Sizilien, gest. 11. Aug. 1901 in Palermo, studierte die Rechte, ließ sich in Neapel als Advokat nieder, nahm im Januar 1848 an dem Aufstand in Palermo Anteil und war 1849… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Crispi — Crispi, Francesco, ital. Staatsmann, geb. 4. Okt. 1819 in Ribera (Sizilien), Advokat in Neapel, beteiligte sich 1848 an der sizil. neapolit. Revolution, nach deren Unterdrückung flüchtig, nahm 1860 an Garibaldis sizil. Expedition teil, seit 1861… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Crispi — Porträt etwa 1893 Francesco Crispi (* 4. Oktober 1819 in Ribera auf Sizilien; † 11. August 1901 in Neapel) war ein italienischer Revolutionär, Staatsmann und Kolonialpolitiker. Biographie …   Deutsch Wikipedia

  • Crispi — Crịspi,   Francesco, italienischer Staatsmann, * Ribera (bei Agrigent) 4. 10. 1819, ✝ Neapel 11. 8. 1901; Rechtsanwalt; kehrte 1859 aus der Emigration (Piemont, London) nach Italien zurück, schloss sich Crispi Cavour an und wirkte bei der… …   Universal-Lexikon

  • Crispi — biographical name Francesco 1819 1901 Italian statesman; premier (1887 91; 1893 96) …   New Collegiate Dictionary

  • Crispi — /krddee spee/, n. Francesco /frddahn che skaw/, 1819 1910, prime minister of Italy 1887 91, 1893 96. * * * …   Universalium

  • Crispi — /krddee spee/, n. Francesco /frddahn che skaw/, 1819 1910, prime minister of Italy 1887 91, 1893 96 …   Useful english dictionary

  • Crispi Rooms — (Катания,Италия) Категория отеля: Адрес: Via Francesco Crispi 15, 95131 Катания, Итали …   Каталог отелей

  • Crispi Luxury Apartments - My Extra Home — (Рим,Италия) Категория отеля: Адрес: Via Francesco Crispi …   Каталог отелей

  • Crispi Halldis Apartment — (Милан,Италия) Категория отеля: Адрес: Viale Francesco Crispi, Милан цен …   Каталог отелей